Université Saint-Louis - Bruxelles
|

Programme d'études 2022 - 2023

Langues

Depuis plus de 20 ans, l'Université Saint-Louis et sa Faculté de droit, ont pris conscience de l’importance que revêtent dans notre monde moderne l’acquisition et la maitrise d’autres langues que le français.

L’Université Saint-Louis propose des programmes bilingues en droit, répartis sur les trois années d’études. Unique dans le paysage universitaire de Belgique francophone, deux filières sont proposées : soit en français/anglais, soit en français/néerlandais. Dans chacune de ces deux filières bilingues figure, obligatoirement, et comme pour les étudiant·e·s de la filière unilingue, un enseignement de la troisième langue. L’apprentissage de cette dernière peut cependant être approfondi par l’adjonction, au choix de la filière bilingue, de l’« option troisième langue » (filière « trilingue ») : dans ce dernier cas, l’étudiant·e ajoute, dès le 2e bloc annuel standardisé, plusieurs cours de ou dans l’autre langue germanique.

Le principe commun aux formules bilingue et trilingue consiste notamment à remplacer certaines des unités d'enseignement en français par leur équivalent en néerlandais et/ou en anglais. (Pour le détail, se reporter à la présentation des programmes sous la rubrique : Majeures bilingues.)

Les étudiant·e·s qui souhaitent demeurer dans  la filière unilingue reçoivent également un enseignement linguistique de qualité. Unités d'enseignement de langue et unités d'enseignement en langue étrangère font en effet partie intégrante de leur programme. Ils·elles doivent suivre une unité d'enseignement de langue usuelle dès le premier bloc annuel standardisé. En deuxième bloc, ils·elles suivront une unité d’enseignement de Terminologies juridiques étrangères, qui comprend des activités d’apprentissage en « anglais juridique » et en « néerlandais juridique » . Au troisième bloc annuel standardisé, une unité d'enseignement doit être suivie obligatoirement en néerlandais ou en anglais.

Les langues dans le programme unilingue

Au premier bloc annuel standardisé, les étudiant·e·s suivent une unité d'enseignement d'anglais ou une unité d'enseignement de néerlandais à raison de deux heures par semaine pendant toute l’année. Ces unités d'enseignement sont dispensées en petits groupes et visent à développer la compréhension à la lecture et à l’audition et à favoriser l’expression orale.

Afin de déterminer le niveau des étudiant·e·s, un test est organisé dès la semaine de la rentrée. Il consiste en une version et une synthèse de texte. 

Les étudiant·e·s qui obtiennent plus de 16/20 à ce test ont satisfait aux exigences linguistiques et sont dispensés de suivre une unité d'enseignement de langue. La note obtenue sera incorporée aux résultats dans le cadre de la délibération de juin.

L'étudiant·e qui a obtenu une note entre 12/20 et 16/20 est tenu d'améliorer ses connaissances linguistiques et devra suivre l'unité d'enseignement de langue : niveau avancé.

L'étudiant·e qui a obtenu moins de 12/20 doit s'inscrire à une unité d'enseignement de langue : niveau intermédiaire.

Au deuxième bloc annuel standardisé, les étudiant·e·s suivent une unité d’enseignement de Terminologies juridiques étrangères.

Pour les étudiant·e·s qui ont choisi le néerlandais comme langue au premier bloc, l’unité d’enseignement de Terminologies juridiques étrangères comprend une activité d’apprentissage de néerlandais juridique (2ème langue - 45 h) et une activité d’apprentissage de Lecture de textes juridiques anglais (3ème langue - 30 h). Pour les étudiant·e·s qui ont choisi l’anglais comme langue au premier bloc, l’unité d’enseignement de Terminologies juridiques étrangères comprend une activité d’apprentissage d’anglais juridique (2ème langue - 45 h) et une activité d’apprentissage de Lecture de textes juridiques néerlandais (3ème langue - 30 h). 

L'unité d'enseignement de Terminologies juridiques étrangères, dispensée dans les - deuxième et troisième - langues cible, porte sur l’étude du vocabulaire et des expressions juridiques, ainsi que sur la lecture de textes juridiques. Elle vise à rendre l’étudiant·e apte à consulter une documentation juridique dans la langue étudiée.

Un test sera organisé en début d’année. Sa réussite à 16/20 ou plus permettra aux étudiant·e·s d’être dispensés de l’activité d’apprentissage relative à la troisième langue (selon le cas : Lecture de textes juridiques néerlandais ou Lecture de textes juridiques anglais).

Enfin, les étudiant·e·s qui démontrent qu’ils·elles n’ont jamais suivi un cours de néerlandais ou d’anglais dans leur cursus antérieur pourront introduire une demande de dérogation visant à pouvoir suivre une activité d’apprentissage dans une troisième langue : l’allemand.

Au troisième bloc annuel standardisé, tous les étudiant·e·s du programme unilingue doivent obligatoirement suivre une unité d'enseignement dispensée en néerlandais ou en anglais.

Les langues dans les programmes plurilingues

Les étudiant·e·s suivent, dans la deuxième langue choisie (anglais ou néerlandais), une partie des unités d'enseignement du programme de droit qui équivalent aux unités d'enseignement de même nature enseignées en français dans le programme unilingue. Pour la majeure français-néerlandais, les étudiant·e·s suivent une partie des unités d'enseignement dans les auditoires de la KU Leuven-Campus Brussel, rue d’Assaut (10 minutes à pied de Saint-Louis). Pour la majeure français-anglais, les unités d'enseignement sont dispensées à Saint-Louis. Ce dispositif n’entraîne pas d’augmentation sensible du volume horaire global. L’immersion dans la deuxième langue choisie se fait graduellement : le volume des unités d'enseignement à suivre en anglais ou en néerlandais s’accroît au fil des quadrimestres. 

Afin de déterminer le niveau des étudiant·e·s dans cette deuxième langue, un test est organisé dès la semaine de la rentrée académique en premier bloc. Il consiste en une version et une synthèse de texte. 

Les étudiant·e·s qui obtiennent plus de 14/20 à ce test ont accès aux programmes bilingues et sont dispensés de suivre une unité d'enseignement de langue en premier bloc. La note obtenue sera incorporée aux résultats dans le cadre de la délibération de juin.

L'étudiant·e qui a obtenu une note entre 12/20 et 14/20 a accès aux programmes bilingues mais est tenu d'améliorer ses connaissances linguistiques et devra suivre l'unité d'enseignement de langue : niveau avancé en premier bloc.

L'étudiant·e qui a obtenu moins de 12/20 a accès aux programmes bilingues mais est tenu de s'inscrire à une unité d'enseignement de langue : niveau intermédiaire en premier bloc.

Les étudiant·e·s conservent jusqu’au mois de février du premier bloc annuel standardisé la possibilité de revenir au programme unilingue en cas de difficultés persistantes.

Dans chacune de deux filières bilingues figure, obligatoirement, et comme pour les étudiant·e·s de la filière unilingue, un enseignement de la troisième langue. En l’occurrence, les étudiant·e·s de la majeure Français-Néerlandais suivront, dans le cadre du deuxième bloc, une unité d’enseignement de Lecture de textes juridiques anglais, tandis que les étudiant·e·s de la majeure  Français-Anglais suivront, en deuxième bloc, une unité d’enseignement de Lecture de textes juridiques néerlandais. Comme pour les étudiant·e·s de la majeure unilingue, un test sera organisé au début du deuxième bloc. Sa réussite à 16/20 ou plus permettra aux étudiant·e·s d’être dispensés du suivi effectif de l’Unité d’enseignement relative à la troisième langue (selon le cas : Lecture de textes juridiques néerlandais ou Lecture de textes juridiques anglais). Par ailleurs, les étudiant·e·s qui démontrent qu’ils·elles n’ont jamais suivi un cours de néerlandais ou d’anglais dans leur cursus antérieur pourront introduire une demande de dérogation visant à pouvoir suivre une activité d’apprentissage dans une autre troisième langue : l’allemand.

Enfin, l’apprentissage de la troisième langue (anglais ou néerlandais) peut être approfondi par l’adjonction, au choix d’une majeure bilingue,  de l’« option troisième langue » (filière « trilingue ») : dans ce dernier cas, l’étudiant·e ajoute, dès le 2e bloc annuel standardisé, plusieurs unités d’enseignement de ou dans l’autre langue germanique.