Université Saint-Louis - Bruxelles
|

Qu’est-ce que le projet « Lutter contre l’échec, repenser la relation pédagogique » ?

 

 

Le projet « Lutter contre l’échec, repenser la relation pédagogique » est une ambitieuse recherche, financée par l’Université Saint-Louis – Bruxelles, et dirigée par le professeur Nicolas Marquis (Centre d’anthropologie, sociologie, psychologie – études et recherches – CASPER) et la professeure Karine Dejean (Service d’orientation et d’aide à la réussite – SOAR).

 

Le projet a débuté en 2019, pour une durée de 4 ans. Il s’agit d’une recherche scientifique, menée avec les différents corps de l’université : le corps enseignant (académiques et scientifiques), le personnel administratif, technique et de gestion, mais aussi et surtout les étudiants et étudiantes, à qui cette recherche s’adresse au premier chef et qui en bénéficieront.

 

La recherche implique d’une part de suivre, du début à la fin de leur parcours, la cohorte d’étudiants et d'étudiantes qui s’inscrivent en première année d’un bachelier (toutes filières confondues) à l’Université Saint-Louis pour la première fois au début de l’année académique 2019-2020. D’autre part, le projet enquête auprès de l’entièreté des membres du personnel de l’université qui sont en contact avec les étudiant·e·s (enseignant·e·s, assistant·e·s, membre des secrétariats, etc.).

 

Le projet comportera des enquêtes quantitatives ou statistiques (questionnaires, récolte de données administratives, analyses longitudinales et multivariées) ainsi que qualitatives (entretiens, récits de vie, méthodes d’analyse en groupe). Ces techniques, ainsi que le traitement des données qui seront récoltées respecteront scrupuleusement les règles de la démarche scientifique et garantiront la stricte confidentialité et/ou l’anonymat aux participant·e·s (voir la politique de protection des données).

 

Pourquoi cette recherche ?

 

Le projet « Lutter contre l’échec, repenser la relation pédagogique » est né du souhait de prendre en compte et au sérieux les évolutions que connaissent les publics étudiants qui s’inscrivent à l’Université Saint-Louis - Bruxelles : qui sont-ils ? Pourquoi viennent-ils à l’université ? Quelles sont leurs attentes ou leurs craintes ? Quelles sont les conséquences des changements législatifs (« décret paysage ») ou sociétaux (essor de la problématique des « fake news », etc.) sur les représentations et les comportements des étudiant·e·s ? Etc.

 

En particulier, au regard des taux de réussite en première année des universités francophones en Belgique qui restent particulièrement préoccupants, il s’agit de ne pas considérer l’échec ou la non-réussite comme des fatalités, et d’offrir au corps  enseignant et aux étudiant·e·s des moyens de mieux cerner cette problématique pour agir sur celle-ci.

 

Dans cette perspective, la recherche ambitionnera d’abord de mieux comprendre ce qui se passe, grâce à la récolte de données quantitatives et qualitatives. Le deuxième temps de la recherche consistera à développer des pistes d’action pour lutter contre l’échec et améliorer la relation pédagogique entre étudiant·e·s et membres du personnel de l’université.

 

En définitive, le projet « Lutter contre l’échec, repenser la relation pédagogique » doit ainsi permettre à l’université d’améliorer la façon dont elle accomplit l’une de ses missions fondamentales : la formation d’étudiants et étudiantes.

 

Pourquoi est-il indispensable de participer ?

 

L’avis de tous les étudiant·e·s - quelle que soit leur situation, la filière choisie, leur expérience d’entrée à l’université et la durée de leur parcours d’étude - est indispensable pour garantir la qualité de cette enquête et des analyses que les données récoltées permettront de réaliser. Son but est en effet de dessiner le portrait le plus réaliste possible de l’ensemble de la population étudiante actuelle.

 

Une participation volontaire de toutes et tous garantira la représentativité de l’enquête, et le fait que la voix de chacun·e puisse être entendue. C’est la somme de ces participations individuelles qui permettra d’obtenir des bénéfices substantiels.

 

Quels sont les acteurs de la recherche ?

 

Les promoteur et promotrice de la recherche sont Nicolas Marquis (professeur de sociologie) et Karine Dejean (professeur de Psychologie et responsable du SOAR), sous la direction desquels travaillera le chercheur/la chercheuse engagée dans le cadre de ce projet.

 

Un comité exécutif de suivi « au quotidien » de la recherche inclut, outre les personnes précitées, Isabelle Hachez (professeur de droit) et Jean-François Fagnart (professeur d’économie), par ailleurs co-président·e·s du corps académique.

 

Un comité scientifique se réunira à intervalle régulier pour accompagner l’évolution de la recherche. Il est composé de représentants des différents corps de l’université et invitera des experts académiques extérieurs en fonction des besoins.

 

Enfin, un Comité de suivi rassemblera des personnes qui disposent d’expertises particulières en lien avec le projet et/ou ont montré un intérêt à s’y impliquer.

Université Saint-Louis - Bruxelles | Boulevard du Jardin botanique, 43 | 1000 Bruxelles | Belgique | Tél : +32 2 211 78 11 | Fax : +32 2 211 79 97 | N° d'entreprise : TVA BE 0413.332.242