Université Saint-Louis - Bruxelles
|

Séjours Erasmus : nos étudiants témoignent

 

Chaque année de nombreux étudiants partent en Erasmus, en quête de nouveaux horizons. Nous vous proposons, de découvrir l’expérience de quelques-uns d’entre eux.

 

Esther Thommeret, étudiante en sciences politiques et Samuel Desguin, étudiant en sciences économiques et de gestion, et ancien président du CAU, vous invitent à partager toute la richesse de leurs découvertes.

 

Esther Thommeret

 

J’ai réalisé mon Erasmus au Canada, à l’Université Laval dans la ville de Québec. J’ai choisi cette destination, tout d’abord parce que je souhaitais étudier en français, ensuite parce que je cherchais un type d’enseignement différent du nôtre en Belgique, et finalement parce que je désirais découvrir une autre culture. Le Québec réunissait pas mal toutes ces envies. Mon séjour a duré quatre mois.

 

Le plus marquant pour moi a été la rencontre avec la population québécoise. Je les trouve beaucoup plus ouverts et sociables que chez nous, ils se parlent et s’abordent facilement sans se connaitre, l’environnement est vraiment agréable. Cependant, pour rentrer plus en profondeur dans la relation, cela n’est pas toujours évident. Il faut s’accrocher et ils peuvent alors vraiment devenir de bons amis. Quant aux études, j’ai énormément appris. Leur façon d’enseigner est assez différente, l’élève se sent plus écouté et participe plus activement à la réalisation du cours. Ce qui m’a semblé le plus difficile à surmonter est la charge de travail. Le travail quotidien est assez élevé. Cependant, travailler un peu durant tout le quadri enlève cette pression énorme au moment des examens, comme nous la connaissons bien en Belgique. Il n’y a pas un examen final de 100% mais plusieurs examens et travaux tout au long de la session, permettant ainsi d’obtenir des meilleurs résultats, ou du moins de ne pas tout jouer sur un seul et unique examen.  

 

Sans hésiter, je conseillerais cette destination aux étudiants ! Ne laissez pas le froid vous freiner, la vie en hiver est une expérience assez intéressante. Les cours, les activités, les évènements, les rencontres, les soirées et les voyages vous feront oublier l’hiver glacial. Pour ma part, j’ai tellement apprécié mon Erasmus que je suis restée au Québec ! Je suis en train de réaliser mon Master à Montréal. En résumé, cet Erasmus a été une expérience unique.

 

Samuel Desguin

 

Il y a tout juste un an, j’ai atterri au milieu du Midwest Américain, dans la ville de Saint-Louis. J’avais choisi cette destination d’une part pour la qualité et la diversité de l’enseignement prodigué par la Saint Louis University, et d’autre part pour me confronter à l’Amérique : sa langue, sa culture, ses défauts et ses merveilles.

 

J’ai l’impression que l’expérience n’a duré qu’un souffle; j’y suis néanmoins resté un quadrimestre entier, de janvier à mai 2015.

 

Le plus difficile pour moi était de remplir ce vide auquel on fait face quand on arrive dans une vie nouvelle. Pas d’amis, pas de famille, pas de responsabilités, rien à faire. L’impression - inconnue jusqu’alors - que je pourrais m’enfermer dans ma chambre et que personne ne me demanderait de comptes. Un sacré contraste par rapport à ma vie bien remplie jusqu’alors. Et alors la question : « faire quelque chose, oui mais quoi ? ».

 

C’est alors que commence le travail fastidieux mais fascinant de se construire une nouvelle vie. Il faut d’abord choisir les ingrédients. Quels types d’amis je fréquente : des fêtards, des studieux, des étrangers, des natifs ? Participer à des cours plus rationnels ou plus créatifs ? Quelles activités je veux faire ? J’en veux un peu, beaucoup ? Quelle image je veux donner de moi-même ? Ensuite, doser, adapter, changer, modeler. Bâtir une vie à partir de rien, c’est une façon unique de se découvrir, découvrir ce qui nous plait, ce dans quoi on excelle, remettre en question ce qu’on prenait pour acquis à propos de soi.

 

Il m’a fallu un petit peu de temps pour me lancer. Ensuite, frénétiquement, avec le sentiment de n’avoir rien à perdre, j’ai saisi toutes les opportunités qui me passaient sous le nez. Je me suis retrouvé dans des situations parfois loufoques et abracadabrantes, qui se sont avérées être autant d’expériences que je n’avais jamais cru (sur)vivre. Par exemple, participer à une initiation au spiritisme, débattre du port d’armes - seul contre tous lors d’une réunion des jeunes conservateurs du parti républicain (et presque en venir aux mains), présenter mon projet de start-up à des Angel Investors, me rendre près de Fergusson, le quartier le plus défavorisé de Saint-Louis, pour y donner des cours de piano à des enfants victimes de troubles de l’attention... Je m'arrête là, mais la liste est encore longue.

 

La tâche était difficile, mais la récompense était à la hauteur. Le deuxième obstacle était d’abandonner une vie en plein chantier, qu’on commençait à peine à comprendre et à aimer, au moment de prendre l’avion du retour.

 

Quel résultat ? Bien loin de l’idée qu’on se fait parfois d’un Erasmus à la « Auberge espagnole », cette expérience a propulsé ma vie personnelle et mes envies professionnelles – je m’étais peu soucié de ces dernières jusque-là - vers de nouveaux horizons. Au Missouri, j’ai appris quelle était la place que devaient prendre les jeunes universitaires dans la société, j’ai appris à faire valoir mes opinions, mes idées et mes qualités ; j’ai appris à devenir adulte, membre à part entière de la société. Le choc a été frontal et brutal, mais aujourd'hui je suis reconnaissant.

 

Je suis reconnaissant parce que sans mon passage à Saint Louis University, je n’en serais pas où j’en suis aujourd'hui et où j’espère me trouver demain. Depuis mon retour, ma vie - professionnelle et académique - a pris des tournants dont je ne soupçonnais pas l’existence lorsque mes pieds ont foulé le sol américain en janvier 2015. L’échange a étendu mes horizons, et je souhaite à chacun d’avoir la même opportunité.

Université Saint-Louis - Bruxelles | Boulevard du Jardin botanique, 43 | 1000 Bruxelles | Belgique | Tél : +32 2 211 78 11 | Fax : +32 2 211 79 97 | N° d'entreprise : TVA BE 0413.332.242