Université Saint-Louis - Bruxelles
|

SPOL1214 - Doctrines politiques



Crédits : 5

Professeur :
Assistant :
Mode d'enseignement :
Présentiel, premier quadrimestre, 30 heures de théorie.

Horaire :
Premier quadrimestre
le vendredi de 08:30 à 10:30 au 119 Marais 2100

Langues d'enseignement :
Français


Objectifs d'apprentissage :
Le cours vise à donner un aperçu historique et théorique des grandes doctrines politiques, depuis leurs origines dans l'Antiquité jusqu'aux idéologies au XXe siècle. Attachée à l'élucidation de la pensée d'auteurs classiques et contemporains, la perspective adoptée vise à faire dialoguer l'histoire conceptuelle et l'histoire politique et sociale. Sur le plan pédagogique, le cours a pour ambition, à travers l'exposé et les lectures, d'amener les étudiant.e.s à perfectionner leur prise de notes, à compléter celle-ci grâce à des articles et extraits d'ouvrages de référence, à développer leur esprit de synthèse et de mise en lien des connaissances et à approfondir certaines questions suivant leurs inclinations, leurs lectures ou les interventions d'invités extérieurs.

Prérequis :
Pour le programme de Bachelier en histoire :

Pour le programme de Bachelier en information et communication :

Pour le programme de Bachelier en langues et lettres modernes, orientation germaniques :

Pour le programme de Bachelier en philosophie :

Pour le programme de Bachelier en sciences politiques, orientation générale :

Pour le programme de Bachelier en sociologie et anthropologie :


Corequis :
Aucun

Contenu de l'activité :
1ère partie : Origines de la pensée politique moderne et contemporaine
1. La philosophie de l'Antiquité
2. La confrontation de l'Ancien et du Moderne
3. Les liens entre religion et politique
2ème partie: Les doctrines politiques « classiques »
4. Les théories de l'Etat
Machiavel, Bodin, Hobbes: la souveraineté « absolue »
Rousseau: la souveraineté populaire
Locke: la souveraineté « limitée »
5. Les réactions à la Révolution française: la pensée réactionnaire et conservatrice
6. Alexis de Tocqueville et la démocratie
7. Marx: « Comprendre le monde pour le changer »
3ème partie: Les idéologies au XXe siècle (année académique 2016-17)
8. Socialisme et communisme
9. Fascisme et national-socialisme



Activités d'apprentissages prévues et méthodes d'enseignement :
Descriptif du cours magistral :
Ancré dans l'histoire et l'analyse des idées politiques, le cours entend donner aux étudiants un aperçu de ce qu'on entend par « doctrines » et par « idéologies » politiques. Il s'agit d'abord d'identifier les fondements de la pensée politique moderne et contemporaine depuis l'Antiquité et l'invention de la Polis. Il s'agit aussi de présenter les théories de l'Etat et les principales « doctrines du pouvoir » depuis Machiavel jusqu'aux critiques de la société industrielle au XIXe siècle.
Il s'agit enfin de brosser le tableau de grands courants d'idées et discours de légitimation de mouvements politiques ayant marqué le XXe siècle (communisme, fascisme, néolibéralisme, entre autres), en insistant sur les éléments de continuité et de rupture par rapport aux doctrines « classiques ».

Descriptif de l'activité d'apprentissage impliquante :
En un mot, les étudiants devront lire. Lors du « séminaire » de 15 heures, structuré sur un agenda de lectures (de textes, d'extraits ou de chapitres), ils devront semaine après semaine rendre compte de leurs lectures, de leurs difficultés de lecture, des enseignements de leurs lectures, choisies en rapport étroit avec les séances du cours magistral. Ils devront pouvoir synthétiser ce qu'ils lisent, mettre en rapport les textes et auteurs étudiés, et les interroger en lien avec les thématiques du cours et des questions d'actualité politique. Concrètement, ils auront pour chaque séance un ou deux textes à lire, et une grille de questions à laquelle ils devront être capables de répondre en séance. Celle-ci sera aussi le lieu où poser leurs questions d'élucidation, et un lieu de débat.

Articulation entre le cours magistral et l'AA impliquante :
Les lectures de l'AA implicante pourront concerner :
- des extraits des classiques étudiés en Doctrines politiques (Hobbes, Locke, Rousseau, Marx…) ;
- des articles (littérature secondaire) sur ces classiques ou les questions qu'ils posent ;
- un livre (essai) plus contemporain, idéalement deux, en vue d'actualiser les apprentissages et de développer l'esprit critique de l'étudiant en proposant par exemple une lecture croisée de visions opposées d'une même question de théorie politique (par exemple : le rapport entre libéralisme politique et libéralisme économique vu d'un point de vue marxiste et d'un point de vue libéral).



Méthodes d'évaluation :
Examen écrit comprenant des questions ouvertes sur l'exposé (2/3 à 75% de la note finale) et sur lectures (25% à 1/3 de la note finale).


Bibliographie :
Bibliographie indicative :
Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, Paris, Gallimard, 1965.
Catherine Audard, Qu'est-ce que le libéralisme?, Paris, Gallimard, 2009, p. 48-67.
Jean-Jacques Chevallier, Les grandes œuvres politiques de Machiavel à nos jours, Paris, Armand Colin, 1970, rééd.
Benjamin Constant, De la liberté des anciens comparée à celle des modernes, Paris, L. G. F., Coll. Pluriel, 1980, pp. 493-515.
Jean-Marc Ferry et Justine Lacroix, La pensée politique contemporaine, Bruxelles, Bruylant, 2000.
Simone Goyard-Fabre, L'Etat, figure moderne de la politique, Paris, Armand Colin, 1999, p. 5-44.
Alfred O. Hirschman, Deux siècles de Rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard, 1991, pp. 27-38 & 239-259.
Thomas Hobbes, Du Citoyen - ou Les Fondements de la République, Paris, GF Flammarion, 1982 [1641], Section première, chapitre I-IV, pp. 89-166.
Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, "Karl Marx fut-il vraiment un opposant aux droits de l'homme ? », Revue française de science politique, vol. 62, n°3, 2012, pp. 433-451.
John Locke, Traité du gouvernement civil - Les véritables origine, ampleur et fin du gouvernement civil, [1690], §§ 1-51.
Pierre Manent, Histoire intellectuelle du libéralisme, Paris, Hachette, 1987, p. 89-117 (Ch. IV: Locke, le travail et la propriété).
Pierre Manent, « Présentation » à Joseph de Maistre, Considérations sur la France (1797), Bruxelles, Complexe, 1988, rééd., p. VII-XVIII.
Olivier Nay, Johan Michel et Antoine Roger, Dictionnaire de la pensée politique, Paris, Armand Colin, 2005.
Pascal Ory (dir.), Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Fayard, 2010.



Autres informations :
Présentiel.